C.I.A.

Conception avec Intelligence Artificielle

Pour un air plus pur

Notre projet

Eliminer les rejets de CO2 et de particules nocives
Aider les pays à tenir leurs engagement de la COP21

De nombreuses instances s'inquiètent du réchauffement de la planète, ils accusent en particulier la quantité grandissante de rejet de CO2.
Cependant, les efforts faits par les nations ne parviennent pas à atteindre les objectifs de diminution des émissions carbonnées, notamment en raison de la difficulté de la régulation de ces émissions dans le secteur des transports.

Les fautifs désignés : les moteurs diesels.

Si la part du diesel diminue nettement, rien ne peut encore affirmer qu'il va s'éteindre totalement … pas avant 2050… (Il restait 19 855 000 véhicules particuliers diesel en circulation dans l’hexagone fin 2017.) Pour certains il semble meilleur d’attendre de nouveaux types de motorisation, probablement à base d’hydrogène.
Mais dans le laps de temps qui reste, il nous paraît, à nous, la nécessité de dépolluer tous les engins roulants. Nous trouvons aussi choquant qu’une double peine puissent être infligée à ceux qui roulent en vieux diesel (rarement par choix) de ne plus pouvoir se rendre sur leur lieux de travail avec …

Comment faire ?

De nombreux laboratoires de recherche de par le monde travaillent sur ce sujet, beaucoup ont quelques avancées, mais nous sommes partis, nous, d’un sujet plus pratique. C'est-à-dire que nous avons dès le départ eu comme objectif de dépolluer les moteurs thermiques à combustion d’énergies fossiles. Nos recherches, nous ont menés à essayer de copier la nature tout en essayant d’aller un tout petit peu plus vite. En tant qu'humains, en tant qu’Hommes pressés, nous avons cherché à comprendre comment séparer le carbone de l’oxygène à une vitesse égale ou supérieure à la production de CO2.

Rouler pour dépolluer !

Les diesels propres, dépollués à 90% sont à notre portée.

Nous sommes arrivés à un niveau de dépollution (CO2, Nox, Particules fines…) tel que tout moteur thermique diesel peut devenir « propre ».
Les rejets sont alors essentiellement de l’eau et de l’oxygène et il est fréquent que les rejets à la sortie du CCC soient de meilleure qualité par exemple avec une teneur en oxygène plus importante (23-24%) qu’a l’admission (air ambiant 20 – 21%).
D’où le clin d'oeil « ROULER POUR DEPOLLUER ».

Quel marché ?

Un très grand potentiel économique et écologique